Voir son psy en marchant

Voir son psy en marchant
Voir son psy en marchant
En général, le psy reçoit à son bureau et le patient est assis ou couché et rarement debout. À New York, un thérapeute se promène avec ses patients dans Central Park. Original? Utile?
Clay Cockrell est un clinicien diplômé en travail social. C’est une sorte de psychologue dont le droit d’exercice est déterminé par la Loi sur l’éducation de l’État de New York. Originalité ? Il soigne ses patients en marchant avec eux dans Central Park. Une façon de faire qui aurait de plus en plus de succès.
Selon Cockrell, cette méthode convient parfaitement aux patients pressés qui ne trouvent pas le temps de venir à son cabinet. Elle ferait également merveille auprès des timides qui ont du mal à parler d’eux-mêmes en regardant leur thérapeute dans les yeux. De plus, il pense que les gens pensent mieux debout et se confient plus facilement quand ils sont côte à côte.
Tous les randonneurs savent que la marche est en effet propice aux pensées. Mais face à la ‘walking therapy’, nous devons nous poser la question de ses avantages, motivations et si la confidentialité est préservée. Est-ce utile lors d’une relation thérapeutique ? ou une manière d’approcher des personnes fuyant un cabinet de psy ? Si c’est juste pour pallier une absence de volonté à trouver le temps nécessaire, cela est à déconseiller mais, a priori, une heure de marche ou une heure assis devrait durer le même temps.
Il me semble que l’important est de s’assurer de l’utilité et du bénéfice de cette approche pour telle personne et/ou telle difficulté à surmonter. En aucun cas, une approche, quel qu’elle soit, ne peut être de mise pour tous les clients/patients, systématiquement.
Alors s’il faut toujours agir avec rigueur et précaution, la ‘marche-thérapie’ va certainement dans le sens d’un élargissement des méthodes en psychologie et d’une recherche d’efficacité tout en veillant à être accessibles au plus grand nombre de personnes qui en ont besoin.»
Et vous, qu’en pensez-vous ?
Source : Charles Meunier, La Presse, Cyberpresse.ca. 02/09/2007
Share

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*