Réaliser son projet de vie

Réaliser son projet de vie
Réaliser son projet de vie

La vie est un grand voyage en quête de sens. Où vais-je ? que fais-je ? qui suis-je ? sont des questions que tout un chacun se pose un jour ou l’autre. Le projet de vie a pour objectif de travailler sur ces thèmes et d’y apporter une réponse.

Voici quelques réflexions pour vous aider à définir, adapter et mettre en œuvre votre projet de vie dans une démarche dynamique et personnelle.

Le projet donne un sens à la vie

Le projet de vie, c’est savoir où on veut aller, ce qu’on veut devenir et faire, avec qui et comment. Souvent, on se pose la question du projet de vie suite à changement important dans sa vie : la fin de ses études, un deuil, une perte d’emploi, une séparation, au fait de devoir aller en maison de retraite…

Ces étapes de vie, ces crises peuvent être douloureuses et suivies de la perte de ses repères. Néanmoins, c’est aussi l’opportunité de se prendre en main, de (re)trouver la boussole de sa vie.

L’avenir appartient à ceux qui le préparent

Il s’agit d’une démarche d’autonomisation, en s’appropriant son passé, en vivant son présent tout en se projetant dans son futur.

Le projet de vie est d’autant plus important qu’on se trouve en position d’insécurité par rapport à son avenir. En soutenant l’anticipation et donc la préparation, le projet de vie permet une meilleure gestion des risques inhérents à la vie et par conséquent une diminution des angoisses et peurs. C’est un peu comme une rampe –un garde-fou- dans un escalier. On peut très bien prendre l’escalier sans rampe mais quand il y en a, cela aide et protège.

Ou, pour utiliser une autre image, c’est la structure, le squelette sur lequel on va bâtir sa vie dans ses deux composantes : sa vie personnelle et sa vie professionnelle.

Une prise en main réaliste, flexible et souple

C’est un chemin réaliste qui s’adapte et évolue en cohérence avec ce qu’on est, ce qu’on désire, ce qu’on peut et avec son environnement.
Ce n’est pas une prison, un carcan à réaliser à tout prix. Ce n’est pas un objectif irréaliste comme décrocher la lune sous peine de souffrances et d’insatisfactions perpétuelles.

Le projet de vie, c’est prendre sa vie en main et devenir acteur de sa vie. Cette idée est à l’opposé de l’approche orientale qui favorise le « laisser vivre », de l’approche méditative qui peut être comparée à « regarder les nuages passer » ou encore de l’attitude poético-mélancolique où l’imaginaire ne peut contempler que son propre passé.

Bien sûr, le risque est le même que dans toute situation (la majorité) où le contrôle total n’est qu’un doux rêve. C’est pourquoi une démarche pragmatique est essentielle : le projet de vie à long terme doit pouvoir se traduire hic et nunc, se concrétiser dans les actions présentes.

C’est encore gérer et vivre l’incertitude et le changement, les intégrer dans une dynamique personnelle où le projet de vie devient une boussole qui permet de garder le cap tout en s’adaptant à la météo et à la réalité du terrain.

Avoir un but, mais lequel?

La notion de but ou d’objectif est importante ici et nous impose de relativiser le projet de vie. En effet, une vie est comme un voyage et il y a deux manières de voyager.

D’une part, le voyage avec une destination précise, en sachant où on souhaite aller et ce qu’on veut y faire.

D’autre part, le voyage pour le voyage, où la destination finale n’est pas connue à l’avance, où le projet de vie est un mouvement, un voyage permanent sans objectif prédéfini.

Chacun peut avoir, ou ne pas avoir, de projet de vie, c’est une décision personnelle. Simplement, en avoir un donne du sens à sa vie.

Si vous souhaitez un coup de pouce, contactez-moi.

Si tu ne sais pas d’où tu pars, ni où tu vas, tous les vents te seront défavorables
Sénèque

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*