Les jeux vidéo pourraient protéger la santé mentale et éviter les traumatismes

Les jeux courts comme le célèbre Tetris peuvent soulager les addictions et les flashbacks pénibles.

Le Tetris, un outil thérapeutique?
Le Tetris, un outil thérapeutique?

On reproche souvent aux jeux vidéos de pourrir les cerveaux alors que certaines études récentes montrent au contraire qu’ils peuvent les protéger !

Dans l’étude en référence (voir 1, ci-dessous), les chercheurs rapportent que le Tetris – un jeu classique qui sollicite les systèmes cérébraux spatiaux et visuels lorsque les joueurs alignent des polygones irréguliers – semble brouiller la capacité de l’esprit de traiter et de stocker de nouveaux souvenirs traumatisants.

Ces souvenirs mal enregistrés sont par la suite moins susceptibles de resurgir en tant que flash-backs intrusifs et pénibles qui peuvent contribuer au syndrome de stress post-traumatique (PTSD) à la dépression et à d’autres problèmes de santé mentale.

Quant à ceux qui luttent contre leurs envies ou une dépendance, une autre étude (voir 2, ci-dessous) a révélé que la concentration mentale demandée par le Tetris peut également diminuer l’intensité de ces envies et aider les joueurs à lutter contre leur dépendance dans la vie réelle.

Bien que les conclusions soient basées sur de petites études nécessitant d’être répétées et approfondies, une chose est claire: la thérapie potentielle avec des jeux vidéo a peu d’effets secondaires. En plus vingt minutes de Tetris, c’est sympa et distrayant.

Selon les chercheurs, Tetris est un “nouveau et prometteur traitement psychiatrique de faible intensité qui pourrait empêcher les souvenirs intrusifs suite à un trauma“.

Le jeu vidéo médicament

Pour les spécialistes, cette information n’est pas nouvelle. Déjà en 2009 et en 2010, la psychologue clinicienne Emily Holmes (maintenant au Karolinska Institute) avait publié ces premières recherches. Dans celles-ci, Holmes et ses collègues suggéraient que jouer au Tetris pouvait interrompre le traitement de la mémoire immédiatement après une expérience traumatique. Les résultats soutenaient l’hypothèse des auteurs selon laquelle, après une expérience traumatique, il y a un créneau de plusieurs heures dans lequel une «stabilisation» visuelle et traumatisante peut être perturbée. En détournant la capacité de traitement visuel et spatial du cerveau avec un jeu captivant comme le Tetris,  les souvenirs peuvent être perturbés.

Mais ces premières expériences se sont basées uniquement sur des participants qui ont été «traumatisés» en regardant des images macabres de graves accidents de la route et autres opérations chirurgicales sanglantes.

Par contre, dans leur nouvelle étude (1), menée à nouveau par Holmes, les chercheurs ont testé la thérapie Tetris sur de vraies victimes d’accidents de la vie réelle. 71 patients qui sont arrivés dans un service d’urgence d’Oxford (Royaume-Uni), dans un délai de six heures après avoir été impliqués dans un accident de la circulation, ont participé à l’étude. Dans tous les cas, les accidents vécus par les participants ont satisfait aux critères médicaux d’un événement traumatisant. C’est-à-dire que chaque participant “a vécu, a été témoin ou a été confronté à un événement ou à des événements impliquant une mort ou une blessure grave“.

37 participants ont été choisis au hasard pour jouer à environ 20 minutes de Tetris sur Nintendo DS pendant leur séjour à l’hôpital. Les 34 autres ont simplement noté leur activité pendant leur séjour à l’hôpital (comme la lecture, les textos, les soins, les discussions voire des mots croisés).

Une semaine plus tard, les joueurs de Tetris ont signalé qu’ils ont vécu, en moyenne, 8,7 souvenirs intrusifs et perturbateurs pendant la semaine. Le groupe de contrôle a rapporté une moyenne de 23,3 flash-backs ! Cela suggère clairement que les 20 minutes de Tetris ont diminué les flash-backs d’environ 62%.

Lorsque les chercheurs ont vérifié cela un mois plus tard, ils n’ont noté aucune différence statistiquement significative au niveau de la santé mentale globale des deux groupes. Mais, selon les auteurs, cela pourrait simplement être dû à la conception à court terme de l’étude. Des échantillons plus importants et des temps de jeux de Tetris plus longs sont nécessaires pour évaluer les effets potentiels à long terme.

Un effet sur la santé mentale

Au final, les chercheurs concluent que “ce type d’intervention brève et scientifique offre un moyen de faible intensité qui pourrait améliorer considérablement la santé mentale de ceux qui ont subi un traumatisme psychologique“. Et ils vont plus loin :  “pas seulement Tetris, mais toute tâche avec des demandes visuospatiales élevées est susceptible d’être utile (par exemple des jeux comme Candy Crush)“.

Une telle distraction visuospatiale pourrait être utile pour les victimes de traumatismes mais aussi dans d’autres cas. Fin 2015, un groupe de chercheurs anglais et australiens a déclaré que jouer au Tetris pourrait diminuer les envies de substances addictives telles que la nicotine, l’alcool et les drogues, ainsi que les troubles alimentaires.

L’étude (2), publiée dans Addictive Behaviors, a suivi 31 volontaires en bachelier qui ont emporté des iPod pendant une semaine et ont rempli des formulaires sept fois par jour sur leurs envies. Quinze des participants devaient également jouer trois minutes au Tetris après avoir rempli les formulaires, puis ils devaient rendre compte à nouveau de leurs envies.

A la fin de la semaine, les chercheurs ont constaté que jouer au Tetris réduisait constamment l’intensité de l’envie de 13,9%. Ils estiment que cette diminution d’intensité pourrait suffisante pour que les personnes puissent ignorer leurs envies et ainsi éviter leur vice.

A nouveau, ces chercheurs ont supposé que la capacité du jeu à mobiliser le traitement cérébral visuel et spatial est la clé des bénéfices pour la santé mentale. En effet, la dépendance et les envies sont souvent motivées par des fantasmes visuels d’avoir un verre, une dose de drogue.

Comme nous l’avons déjà écrit, d’autres études sont indispensables pour approfondir cette hypothèse vraiment prometteuse. Mais en même temps, jouer au Tetris n’est pas vraiment dangereux, alors pourquoi attendre ?

Source:

  1.  Preventing intrusive memories after trauma via a brief intervention involving Tetris computer game play in the emergency department: a proof-of-concept randomized controlled trial, L. Iyadurai, S. E. Blackwell, R. Meiser-Stedman, P. C. Watson, M. B. Bonsall, J. R. Geddes, A. C. Nobre et E. A. Holmes, Molecular Psychiatry advance online publication 28 March 2017.
  2. Playing Tetris decreases drug and other cravings in real world settings, Jessica Skorka-Brown, Jackie Andradea, Ben Whalleya et Jon Maya, Addictive Behaviors, Volume 51, December 2015, Pages 165–170.

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*