Comment quitter son patron

Comment quitter son patron
Comment quitter son patron

Quitter son employeur est toujours délicat. De son plein gré ou contraint, les émotions sont souvent très présentes. Tournant d’une vie, les décisions doivent permettre de bien négocier ce virage et d’éviter les pièges.

Un jour ou l’autre, on quitte son emploi, pour avoir mieux, pour accélérer sa carrière ou encore pour plus de confort… Ce changement peut avoir d’importantes conséquences à gérer au mieux et servir d’apprentissage professionnel.

« Dis-moi comment tu démissionnes
et je dirai qui tu es »

Risque 1. Ne pas oser

Bien sûr changer d’employeur peut être inquiétant, on ne sait pas vraiment ce qui va se passer et la peur de l’inconnu vient renforcer nos angoisses. Toujours est-il que rester pour rester, ou pire, rester par peur de partir, n’est pas la motivation la plus pertinente, c’est comme en amour. Mais au fait, pourquoi souhaitez vous partir? que recherchez-vous que vous ne pouvez obtenir dans votre emploi actuel?

Risque 2. En parler trop tôt ou trop tard

C’est une nouvelle qu’il n’est pas toujours aisé à annoncer, à discuter. A qui en parler et quand sont deux importantes questions. Vous devez être à l’écoute de vous-même et vous sentir à l’aise avec cette information. L’idéal est d’en parler avant, de prendre les devants, plutôt que de se retrouver chez soi avec sa lettre recommandée de préavis.

Mais en parler à qui? A vos amis, à vos confidents, à votre partenaire? Bien sûr, il importe que vous murissiez cette décision et que vos proches puissent vous conseiller. Ils en seront d’autant moins surpris et vous soutiendront plus aisément. Evitez néanmoins d’en parler à ceux qui ne peuvent tenir leur langue et qui se feraient un plaisir de répandre des rumeurs.

Risque 3. Oublier son N+1

Quand votre décision est prise de rechercher activement un nouvel emploi, c’est une question de loyauté que d’en parler rapidement avec votre N+1, votre directeur opérationnel et votre DRH. Loyauté mais aussi confort car cela clarifie la relation et permet à chacun de s’adapter à votre départ (et à votre remplacement). Ils vous en seront reconnaissants. Avantage supplémentaire, si votre patron est au courant, il acceptera plus facilement de vous servir de référence à votre potentiel futur employeur.

Risque 4. Dire où vous allez travailler

Même si cette image est risquée, vendre la peau de l’ours avant de l’avoir tué est toujours risqué. Tant que rien n’est signé, la prudence s’impose. Les bruits de couloir vont très vite et le retour de manivelle peut être violent.

Risque 5. Dire pourquoi vous partez

Si vous partez, c’est que vous êtes convaincu que vous devez le faire et qu’il s’agit d’une bonne décision. C’est le point de vue rationnel. Mais les émotions sont également toujours très présentes. Si vous quittez votre patron, c’est que « vous ne l’aimez plus ». Préparez votre entretien de sortie et évitez de basculer dans l’émotionnel. Soyez clair mais ne vous justifiez pas.

Risque 6. Démissionner pour renégocier son contrat

Grave erreur que celle-ci. On ne joue pas avec la rupture et ce n’est pas une technique de négociation très efficace. Vous y perdriez, en crédit et en image.

En conclusion

Toujours rester positif et constructif. Vous avez appris énormément avec votre patron et votre emploi actuel. Si vous en êtes là dans votre carrière, c’est grâce à vous deux. Avec le sourire, c’est contagieux et on maintient de bonnes relations. Le monde est un village…

Share

Soyez le premier à commenter

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.


*