Nouveautés

La réussite selon Mick Jagger

Mick Jagger n’est pas que le chanteur des Rolling Stones. C’est aussi un manager de choc qui a créé une efficace machine à cash planétaire ! En quarante ans de carrière, le groupe a vendu plus de 200 millions d’albums. Une réussite exemplaire et durable.

Mick Jagger : manager/ondernemer Mick Jagger : manager/ondernemer

Même s’il n’a jamais terminé ses études à la London School of Economics, Sir Mick* a de l’ambition à revendre. Et s’il a choisi la musique par passion et par amitié, il transformera son hobby en un business des plus rentables et durables.

Les Beatles ont eu leur premier grand hit en 1963 et se séparaient déjà en 1969. Les Rolling Stones ont eu leur premier hit, The Last Time, en 1965 et quarante ans plus tard, ils sont toujours au sommet. En effet, le groupe est le mieux payé du monde en 2005, empochant la somme de 168 millions de dollars ! Pas mal pour des bientôt pensionnés (Jagger est né en 1943).

Dans son livre consacré à Mick Jagger, l’auteur hollandais Flip Vuijsje analyse son succès et en tire d’intéressantes leçons de management. En effet, outre son charisme et ses indéniables talents de showman, Mick Jagger a montré de solides compétences de manager.

On ne change pas ce qui marche, on l’améliore

40 ans qu’ils jouent Satisfaction ! Et le public en redemande toujours. Le groupe a très vite compris que les concerts peuvent rapporter énormément. En 2005, ils ont empoché 158 millions $ avec leur dernière grande tournée américaine, soit 96% de leurs revenus.
Au risque d’abuser de leur gloire passée, leur fond de commerce est exploité… à fond. Tout comme Coca-Cola qui mise sur son légendaire soda et son logo, les Stones ont leurs Hits et leur logo dûment copyrighté.

Mais attention, pour garantir le succès, il faut aussi évoluer et offrir du nouveau. Les Rolling Stones ont misé sur leurs tournées, toujours plus grandioses. La dernière nécessitait 400 personnes pour livrer un show spectaculaire !

Optimiser le chiffre d’affaires

Mick Jagger est un expert de la rentabilité qui applique rigoureusement la règle de base : augmenter les entrées, diminuer les sorties.

Jagger compose ses chansons pour empocher les royalties et exige des droits plus élevés avec les maisons de disque. Il va virer les intermédiaires inutiles ou trop chers et s’adjoindre rapidement un conseiller financier et des collaborateurs, louant même un bureau à Picadilly Circus. A l’époque, c’était révolutionnaire.

Pour augmenter les revenus, les Stones organisent eux-mêmes leur tournées allant jusqu’à assurer la billetterie, la sécurité, la technique… Cela leur permet de récolter 75% des recettes totales des concerts (à titre comparatif, les Beatles ne touchaient généralement qu’environ 15%).

Ils n’ont pas raté le virage Internet. Leur site internet RollingStones.com offre aux fans un abonnement annuel de 100$ pour pouvoir les suivre et acheter les tickets de concert.

L’optimisation passe aussi par des finances bien gérées. En 20 ans, les Stones n’ont payé que 1,6% d’impôts sur leurs revenus de 242 millions £. Bien conseillés, ils ont investi en effet discrètement leur fortune aux Pays-Bas, profitant de l’intéressante législation sur les Fondations et évitant de la sorte les impôts sur les royalties.

Résultat ? la fortune de Mick Jagger est estimée à 675 millions $.

Manager les relations humaines

La plupart des groupes se séparent après quelques années : les amitiés initiales ne survivant que rarement à l’argent, l’égo, la drogue, les conflits… et le temps qui passe. Rapidement, les Stones ont complété leurs relations d’amitié en solides contrats commerciaux et descriptions de fonction offrant à chacun un territoire intégré à l’ensemble.

À chacun son rôle dans l’organigramme même si Mick Jagger est le leader organisationnel, avec Keith Richards comme indispensable ‘adjoint’.

Et n’oublions pas deux éléments-clé de leur équipe: leur manager, le Prince Ruppert Lowenstein et leur organisateur de concerts, le Canadien Michael Cohl et sa société Concert Productions International (CPI).

Résultat ? 43 ans de vie commune, épanouissante et enrichissante.

Respect et honnêteté

La presse a souvent été très critique à leur égard. Il faut reconnaître que les excès (femmes, drogues…) sont légions depuis leurs débuts. Mais le public n’en a cure et continue à réclamer en chœur Satisfaction.
Cela tient aussi aux valeurs de respect et d’honnêteté toujours pratiquées. Le public en a pour son argent et le groupe veille à sa satisfaction.

Sources :

Mick Jagger : manager/ondernemer

Mick Jagger : manager/ondernemer

Flip Vuijsje, Mick Jagger, Manager/Ondernemer, Nieuwe Amsterdam, 2005 (ISBN 90 4680005 9).
Katie Hind, Stingy Stones avoid tax on £240m fortune, Daily Mail, 2/08/2006.
Sylvain Siclier, La machine Rolling Stones, un business qui donne satisfaction, Le Monde, 16/06/2007.

Note:
Mick Jagger a été anobli par la Reine d’Angleterre le 12 décembre 2003.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :